top of page
WEB_portraitx_logo.jpg

Atelier 1 : Relations saines 101

Violence relationnelle : Ce terme fait référence aux abus physiques, émotionnels, psychologiques ou sexuels qui se produisent dans le cadre d'une relation. La violence dans les relations peut se produire en personne ou en ligne et peut avoir des conséquences à long terme sur le bien-être, surtout chez les jeunes.

Genre

 

Genre : Le genre désigne la manière dont la société conçoit les apparences, les pensées et les comportements attendus de toi. Notre société a des croyances et des règles non-dites (qui peuvent évoluer) sur la façon dont tu devrais agir en fonction de ton genre. Par exemple, beaucoup de gens s'attendent à ce que les hommes soient plus agressifs que les femmes.

Identité de genre : L’identité de genre correspond à comment tu te sens, au fond de toi, à propos de ton genre. Ces sentiments peuvent apparaître très tôt dans la vie, mais ils peuvent aussi évoluer avec le temps. Il s'agit de ton sentiment personnel d'être un garçon, une fille, d'être non-binaire, d'être bispirituel·le, d'être agenre ou d’identifier avec une autre identité de genre. Il en existe plusieurs !

Expression de genre : Il s'agit de la manière dont tu exprimes ton genre aux autres, notamment par ton comportement, tes vêtements, ta coiffure ou le nom que tu choisis d'utiliser.

Continuum des genres : Ce concept définit le genre comme existant le long d'un spectre plutôt que dans des catégories rigides d'homme ou de femme. Le continuum des genres reconnaît que les individus peuvent s'identifier à une variété de genres au-delà des deux classifications binaires traditionnelles. Il souligne également que le genre peut évoluer au fil du temps et qu'il est différent pour chacun·e. La compréhension du continuum des genres favorise l'inclusion et le respect des diverses identités du genre dans le cadre de l'éducation à la santé sexuelle.

Cisgenre : Le terme cisgenre désigne les personnes dont l'identité de genre correspond au sexe qui leur a été assigné à la naissance - par exemple, une personne qui a un vagin et qui s'identifie comme une femme est considérée comme cisgenre.

Transgenre : Ce terme est souvent utilisé pour décrire toute personne dont l'identité de genre diffère du sexe qui lui a été assigné à la naissance.

Agenre : La définition d'agenre varie en fonction de la personne qui l'utilise. Certaines personnes utilisent ce terme pour se référer à une « absence de genre », d'autres l'utilisent pour se décrire comme étant neutre du point de vue du genre, et d'autres encore l'utilisent pour se décrire comme se sentant à la fois comme un homme et comme une femme.

Non-binaire : Le terme « non-binaire » est un terme générique qui englobe un éventail d'expériences et d'expressions de la diversité des genres. Une personne non-binaire ne s'identifie pas strictement comme un homme ou femme. Elle peut se sentir comme un mélange de différents genres ou comme n'ayant aucun genre du tout. Il est important de souligner que les personnes non-binaires peuvent choisir différents pronoms pour refléter leur identité de genre.

Bispirituel : Le terme « bispirituel » est utilisé dans plusieurs cultures autochtones pour décrire une personne qui incarne à la fois un esprit masculin et un esprit féminin. Dans certains cas, les personnes bispirituelles peuvent avoir des identités masculines et féminines distinctes, alternant entre elles, tandis que dans d'autres cas, elles peuvent incarner simultanément les deux. Le terme « bispirituel » a fait partie de certaines communautés autochtones à travers les âges et devrait être employé exclusivement en lien avec les cultures autochtones où il détient une signification historique.

Genderqueer : Ce terme est utilisé pour décrire une identité de genre qui n'entre pas dans les catégories traditionnelles. Les personnes qui s'identifient comme « genderqueer » peuvent percevoir leur genre comme fluide, non binaire ou simplement différent des normes sociétales.

Genre fluide : Ce terme fait référence à une personne qui fluctue entre différentes identités de genre tout au long de sa vie, ou qui exprime plusieurs genres simultanément.

Sexualité

Orientation sexuelle : Ce terme est utilisé pour décrire les personnes qui t'attirent sexuellement et/ou romantiquement. Voici quelques exemples d'orientations sexuelles : lesbienne, gai, homosexuel·le, bisexuel·le, queer, en questionnement, asexuel·le et hétérosexuel·le.

Lesbienne : En général, le terme lesbienne fait référence aux femmes qui sont sexuellement et/ou romantiquement attirées exclusivement par d'autres femmes.

Gai : Ce terme désigne généralement l'attirance sexuelle et/ou romantique pour d'autres personnes du même genre, souvent utilisé en référence aux hommes.

Bisexuel : Ce terme désigne généralement les personnes qui sont attirées à la fois par les hommes et les femmes.

Pansexuel : Ce terme désigne les personnes qui ressentent une attirance romantique et/ou sexuelle pour des personnes, quel que soit leur genre. Cela ne signifie pas qu'ils sont attirés par toutes les personnes qu'ils rencontrent, mais que le genre de la personne n'est pas un facteur d'attirance.

Queer : Le sens du mot « queer » peut varier selon les individus qui l'utilisent : il couvre un large éventail de définitions possibles, en fonction du contexte dans lequel il est utilisé ou de l'identité de l'individu qui choisit de l'utiliser. Une personne dont la sexualité ou l'identité de genre ne correspond pas aux normes de la société peut s’identifier comme « queer ». L'identité queer ne s'exclut pas mutuellement des autres genres et sexualités. Par exemple, une personne homosexuelle peut également s’identifier comme « queer » ou une personne transgenre peut également s’identifier comme « queer ».

​En questionnement : Il s'agit de personnes qui sont en processus d’exploration de leur orientation sexuelle et/ou de leur identité de genre. Certaines personnes peuvent choisir de s'identifier à ce terme ouvertement ou en privé. D’une façon ou d'une autre, cela signifie que tu perçois ta sexualité et/ou ton genre comme différents de ceux auxquels tu t'identifiais auparavant.

Asexuel : Les personnes qui s'identifient comme asexuelles ou « ace » éprouvent peu ou pas d'attirance sexuelle pour les autres. Toutefois, les personnes asexuelles peuvent encore éprouver une attirance émotionnelle ou romantique pour les autres.

Aromantique : Les personnes qui s'identifient comme aromantiques ou « aro » éprouvent peu ou pas d'attirance romantique pour les autres. Souvent, elles ne souhaitent pas avoir de partenaires romantiques, mais peuvent tout de même éprouver une attirance sexuelle pour les autres.

Dimensions de la sexualité

 

Relations : La manière dont toi et d'autres personnes sont liées les unes aux autres. Cela inclut tes partenaires romantiques, tes ami·e·s, tes collègues et de nombreuses autres personnes avec qui tu interagis.

Opinions et sentiments : Cette dimension englobe toutes les émotions différentes que tu peux éprouver à l'égard de la sexualité. Il peut s'agir d'amour, d'excitation, de jalousie, de nervosité, de colère et de toute autre émotion que tu peux ressentir.

Corps : Cette dimension comprend toutes les composantes physiques de la sexualité. Les exemples incluent les organes génitaux, les organes reproducteurs, certaines hormones, ainsi que le rythme cardiaque.

Valeurs et croyances : Dans ta vie, tes valeurs et tes croyances sont super importantes. Elles peuvent influencer ta façon de voir la sexualité, comment tu l'exprimes, tes attentes et ta perception de la sexualité des autres. Ces valeurs et croyances peuvent être influencées par de nombreux facteurs comme ta famille, tes amis, ta religion, la société et ton identité ethnique.

En ligne

 

Sextos : Il peut s'agir de plusieurs actions, tels que l'envoi ou la réception de messages à caractère sexuels, y compris des images et vidéos intimes, par le biais d’une technologie telle qu’un téléphone, une application, un courriel ou une caméra.

Images/vidéos intimes : Il s'agit d'images ou de vidéos montrant une activité sexuelle explicite ou supposée, une nudité ou une nudité partielle.

Abus sexuel fondé sur l'image :  La création et/ou la distribution non consensuelle d'images et de vidéos intimes. Cela inclut :

  • Les images prises sans consentement qui ont été piratées ou volées puis partagées (distribution).

  • La création non consensuelle d'images sexuelles : par exemple, des photos et des vidéos créées par le biais de l'upskirting (filmer sous les jupes), des formes de voyeurisme et de sextorsion, ou des enregistrements d'agressions sexuelles (création).

  • Les auteur·es menacent de partager les images, que ce soit par le chantage, la coercition ou autre
     

Leurre et manipulation en ligne : se lier d'amitié et établir une relation émotionnelle avec une jeune personne en ligne, et parfois avec sa famille, afin de gagner sa confiance et d'avoir accès à elle dans le but de commettre des abus sexuels (exploitation sexuelle, trafic d'enfants, prostitution des enfants, trafic du cybersexe, pornographie juvénile, activités en dessous de 18 ans). 

Cyberharcèlement : Il s'agit de l'utilisation persistante et intentionnelle de moyens électroniques, tels que les médias sociaux, pour harceler, menacer ou intimider une personne. Il s'agit d'une intrusion répétée et non désirée dans les activités ou les communications en ligne d'une personne. Les cyberharceleurs peuvent utiliser divers outils en ligne pour surveiller leur cible, recueillir des informations à son sujet ou exercer un contrôle sur elle. Le cyberharcèlement peut potentiellement dégénérer en violence dans la vie réelle, par l'escalade des menaces, la collecte d'informations ou l'obsession du harceleur.

Cyber violence : La cyberviolence est un comportement en ligne qui constitue ou entraîne une atteinte à l'état physique, psychologique et/ou émotionnel d'un individu ou d'un groupe. Il s'agit d'une forme de violence facilitée par la technologie:

  • harcèlement en ligne

  • menaces

  • harcèlement psychologique

  • chantage

  • sextos non désirés

  • (cyber)harcèlement

  • discours haineux

  • doxing

  • piratage

  • leurre

  • la distribution non consensuelle d'images

  • creepshots/voyeurisme numérique (prendre des photos ou des vidéos non consensuelles et les partager)

  • l'enregistrement et la diffusion d'agressions sexuelles.

Parfois, ces violences se produisent à la fois en ligne et hors ligne.

Violence et exploitation

 

Violence dans les relations amoureuses des jeunes : Ce terme fait référence aux relations abusives vécues par les jeunes.

Normalisation de la violence : c'est accepter la violence comme « normale, naturelle ou immuable dans le temps ou ne pouvant être changée », faisant partie de la vie. La normalisation présente la violence comme n'ayant pas de conséquences réelles dans la vie et comme relevant de la responsabilité de la victime, et non de l'auteur, pour prévenir la violence (2).

Exploitation sexuelle : « l'abus sexuel d'un mineur qui implique que le jeune soit manipulé pour échanger un acte sexuel contre quelque chose en retour », comme « de la nourriture, un abri, des vêtements, des drogues, de l'alcool, des objets matériels ainsi que des objets non matériels tels que l'amour, l'appartenance et l'acceptation ou toute autre considération » (3).

Agression sexuelle : L'agression sexuelle est un acte sexuel non désiré commis par une personne sur une autre.

Viol : Le viol est une forme d'agression sexuelle. Il s’agit d’un acte imposé où la personne est forcée à avoir des relations sexuelles vaginales, orales ou anales contre son gré ou sans son plein consentement.

Traite des êtres humains : La traite des êtres humains est le fait de contrôler une autre personne par la force, la menace ou la tromperie dans le but de l'exploiter. La traite des êtres humains est une forme d'esclavage moderne où les victimes sont traitées comme des biens qui peuvent être achetés et vendus. Les victimes peuvent être de tout âge, genre, orientation sexuelle, ethnie, religion, niveau de revenu ou localisation géographique. Illégal (1).

Exploitation de pair à pair : Une forme d'exploitation de pair à pair se produit lorsque des jeunes recrutent d'autres jeunes dans une situation d'exploitation.
Par exemple : un·e jeune qui se fait « préparer », reçoit des cadeaux et mène un style de vie luxueux peut inviter ses autres ami·e·s à tenter l'expérience.

Les relations

Consentement : Donner son consentement signifie accepter de faire quelque chose. Dans les relations sexuelles et intimes, le consentement sexuel consiste à donner la permission de faire ou de recevoir toute forme d'activité sexuelle (depuis les attouchements et les baisers jusqu'à la pénétration). De nombreux aspects du consentement sexuel sont importants à comprendre. Le consentement :

  • est toujours requis, peu importe le ou la partenaire, le contexte ou l’acte sexuel

  • est donné librement (sans menaces, pression ou coercition)

  • est enthousiaste 

  • est informé (une personne doit savoir à quoi elle consent)

  • peut être retiré à tout moment

  • peut être donné pour certaines activités, et non pour d'autres

  • n'est jamais pris pour acquis

  • peut être communiqué verbalement et non verbalement

Le consentement ne peut pas se produire lorsque :

  • une personne est en situation d'incapacité

  • une personne a moins de 16 ans (moins de 18 ans dans certaines circonstances)

  • il y a un abus de pouvoir

  • il y a des menaces, de la coercition, de la pression ou la force physique sont utilisées contre la personne.

Limites : Dans toutes tes relations, avoir des limites saines est super important pour créer une relation où tu te sens respecté·e, en confiance et en sécurité. Établir des limites saines, ça veut dire mettre en place et respecter des règles dans ta relation. Ça peut concerner la façon dont tu communiques, le soutien émotionnel, le partage des responsabilités, l'intimité, et même les limites physiques. C'est crucial de discuter ouvertement de ces attentes et de respecter les limites fixées pour maintenir le respect dans ta relation.

Une relation saine : Dans une relation saine, tu te sens à l’aise avec toi-même et ton ou ta partenaire la plupart du temps. Vous vous sentez respecté·es et il y a de la gentillesse, de la confiance, de l'honnêteté, de l'égalité et une bonne communication. Vous vous donnez également la possibilité d'avoir vos propres vies en dehors de la relation.

Relation malsaine : Dans une relation malsaine, tu rencontres souvent des problèmes de communication, de respect, de limites, de sécurité et de confiance, entre autres. Tu peux ressentir de l'anxiété, de la confusion ou de l'incertitude concernant ta relation, et ne pas te sentir en sécurité avec l'autre. Parmi les signes précurseurs d'une relation malsaine, on trouve les dénigrements, la colère, la jalousie, les sentiments de culpabilité, les problèmes de contrôle et le manque de respect. 

Relation abusive : Dans une relation abusive, une personne cherche à contrôler l’autre et à lui faire du mal. L'abus peut prendre différentes formes : physique, émotionnelle, sexuelle et numérique. Il peut toucher n'importe qui, quel que soit l'âge, le genre, l'orientation sexuelle, la durée ou le type de relation.

Continuum relationnel : Ce concept considère les relations comme un spectre allant de relations saines à relations abusives, et non comme une catégorie fixe. Les relations saines peuvent être confrontées à des problèmes occasionnels tels que des conflits, mais leur force réside dans la résolution de ces problèmes avant qu'ils ne s'aggravent. Il est important de s'attaquer rapidement à tout comportement malsain pour éviter qu'il ne dégénère en abus. Étant donné que les relations abusives peuvent se développer progressivement à partir de comportements malsains, il est important de rester attentif aux signes d'abus et de prendre des mesures pour remédier aux comportements abusifs s'ils se produisent. 

L'égalité : Dans une relation, l'égalité fait référence à un partenariat équilibré et juste où tous les individus jouissent d'un respect mutuel, d'un partage des responsabilités et de la prise de décision, et d'opportunités égales de développement personnel.

L'honnêteté : Dans une relation, l'honnêteté comprend une communication ouverte, la transparence et un engagement à la vérité. L'honnêteté est un ingrédient clé nécessaire à une relation saine.

Dynamique de pouvoir : La dynamique du pouvoir fait référence aux relations entre individus dans lesquelles une personne exerce une influence ou un contrôle sur les décisions, les actions ou les circonstances d'une autre personne. Il est essentiel de reconnaître et de comprendre les dynamiques du pouvoir pour maintenir des relations saines et faire en sorte que toutes les parties se sentent respectées et responsabilisées :

  • Les dynamiques de pouvoir établies : Elles font partie de certaines relations, où une personne a naturellement de l'autorité ou de l'influence sur l'autre. Il s'agit par exemple des relations parent - enfant, enseignant·e - élève, patron·ne - employé·e et coach - athlète.

  • Les dynamiques générales de pouvoir : Elles peuvent se produire dans toutes relations, incluant les amitiés, où une personne exerce un contrôle ou une influence sur une autre. Par exemple, un·e ami·e qui décide toujours comment vous passez votre temps libre et avec qui.

Pression : dans une relation, la pression fait référence aux attentes, aux exigences ou aux facteurs de stress qui peuvent être imposés à une autre personne. Voici quelques exemples de pression dans une relation :

  • Une personne met de la pression sur son ou sa partenaire pour qu'iel ne fréquente pas certain·e·s ami·e·s.

  • Un groupe d'ami·e·s demande à une personne de sécher un cours même si elle n'en a pas envie.

La jalousie : Une réaction émotionnelle à la menace perçue de perdre une personne à laquelle tu tiens. Si certaines personnes pensent que la jalousie est une façon de montrer que l'on tient à eux, ce n'est pas vrai. Le comportement jaloux peut être extrêmement problématique dans une relation, entraînant des problèmes de confiance, des conflits et même un danger dans les cas extrêmes. Voici quelques exemples :

  • Ton ou ta partenaire veut constamment vérifier tes textos et tes messages privés.

  • Ton ou ta partenaire réagit de manière excessive lorsque tu sors avec d'autres personnes alors qu'iel n'est pas là.

Malhonnêteté : Dans une relation, il s'agit de toute forme de mensonge, de tromperie ou de déformation de faits. Par exemple, cacher ce que tu ressens vraiment pour éviter d'avoir à parler de tes émotions avec un·e partenaire. La malhonnêteté peut parfois sembler la solution la plus facile sur le moment, mais elle peut avoir des effets négatifs durables dans n'importe quelle relation. Même si cela peut s'avérer difficile, il est toujours préférable de dire la vérité et de favoriser une communication ouverte dans une relation.

Ruptures de communication : il s'agit de ruptures ou d'interruptions dans l'échange d'informations au sein d'une relation, qui peuvent potentiellement conduire à une dynamique malsaine, voire abusive, si elles s'intensifient. L'importance de ces ruptures dépend souvent du contexte dans lequel elles se produisent. Parmi les exemples, citons le fait d'ignorer des textos pendant une longue période, de bloquer des contacts sur les médias sociaux ou de refuser de dire à une personne pourquoi vous êtes en colère contre elle.

Comportement inconsidéré : Dans une relation, il s'agit d'actions ou d'attitudes qui ne tiennent pas compte des sentiments, des besoins ou du bien-être des autres. Exemples : ignorer les émotions des autres, ne pas tenir compte des plans prévus ou refuser de contribuer aux responsabilités partagées.

Accusations : Il s'agit d'une affirmation selon laquelle une personne a fait quelque chose de mal. Les accusations les plus courantes dans une relation sont les suivantes :

  • Croyance que ton ou ta partenaire te trompe

  • L'idée que ton ou ta partenaire ne s'intéresse plus à ta relation

  • Croire que ton ou ta partenaire donne la priorité à d'autres personnes dans sa vie plutôt qu'à toi.

Dans une relation, les accusations peuvent être extrêmement blessantes et avoir des effets potentiellement négatifs sur la confiance et la communication lorsqu'elles ne reposent sur rien. Si tu as des préoccupations avec ton ou ta partenaire, il est toujours préférable d'en parler dans le cadre d'une conversation ouverte et calme, plutôt que de porter des accusations. 

Déviation de blâme : Lorsqu'une personne rejette faussement la responsabilité d'un problème sur une autre, en justifiant souvent ce rejet par des éléments d'information sans rapport avec le sujet. 

Absence de consentement : Il s'agit de tout cas où le consentement n'a pas été clairement donné. Pour plus d'informations, voir la définition du terme « consentement ».

Force physique : La force physique désigne l'utilisation non consensuelle de son corps contre d'autres personnes. Par exemple, bloquer une porte pour empêcher une personne de partir, de lui jeter des objets, ou de lui donner des coups de pied, la frapper, la gifler ou la maintenir au sol en sont des exemples.

Coercition : Dans une relation, la coercition désigne le recours à la force, aux menaces, à la manipulation ou à la pression pour contrôler les pensées et les actions d'autrui. Il existe de nombreuses autres formes de coercition :

  • La coercition émotionnelle : Utilisation de la culpabilité ou de la honte pour contrôler une autre personne

  • La contrainte physique : Utiliser la force physique ou menacer d'utiliser la force physique contre une personne pour l'obliger à agir ou à se comporter d'une certaine manière.

  • Coercition sexuelle : faire pression ou forcer une personne à avoir une relation sexuelle à laquelle elle ne souhaite pas participer, ou utiliser la relation sexuelle comme un outil de négociation ou comme un moyen de contrôler.

Manipulation : La manipulation fait appel à différentes tactiques pour exercer un pouvoir sur une personne et contrôler ses pensées et ses actions. La manipulation utilise des tactiques psychologiques, de la ruse ou des stratégies émotionnelles pour influencer une personne sans qu’elle en soit pleinement consciente, lui faisant croire que ses pensées et comportements lui sont propres. Voici quelques exemples de manipulation :

  • Le décervelage ou le gaslighting : « Je n'ai jamais dit cela. Tu as tout inventé. »

  • La culpabilisation : « Je fais tout pour toi. Ne serait-ce pas bien que tu fasses cette petite chose pour moi ? »

  • La flatterie : « T’es tellement doué·e pour faire la vaisselle que même si j'essayais, je ne la nettoierais pas aussi bien que toi. Il serait peut-être mieux que tu la fasses toi-même. »

Workshop 1

Références:

(1) Définition de Moss, S. (). Exploitation sexuelle et traite des enfants et des jeunes au Canada : Une trousse d'outils de prévention et d'intervention précoce pour les parents. Société des enfants de la rue.

http://www.kristenfrenchcacn.org/wp-content/uploads/2019/08/Parents-Toolkit-on-Sexual-Exploitation-and-Trafficking.pdf

(2) Définition modifiée de la violence de normalisation. Source : WCASA. Boîte à outils sur les normes sociales : La normalisation de la violence : Expliquer le lien entre la normalisation de la violence et les agressions sexuelles. (sd). Coalition du Wisconsin contre les agressions sexuelles (WCASA).

(3) Définition de Moss, S. (). Exploitation sexuelle et traite des enfants et des jeunes au Canada : Une trousse d'outils de prévention et d'intervention précoce pour les parents. Société des enfants de la rue.

http://www.kristenfrenchcacn.org/wp-content/uploads/2019/08/Parents-Toolkit-on-Sexual-Exploitation-and-Trafficking.pdf

(4) McGlynn et Rackley. (2016). Abus sexuels basés sur des images : plus qu'un simple « porno de vengeance ». Université de Birmingham. page 2.

(5) McGlynn et Rackley. (2016). Abus sexuels basés sur des images : plus qu'un simple « porno de vengeance ». Université de Birmingham. page 2.

(6) Centre de ressources sur les agressions sexuelles de Concordia. sd Qu'est-ce que la violence sexuelle ? . Université Concordia.

https://www.concordia.ca/conduct/sexual-assault/understanding-sexual-violence.html

(7) Centre de ressources sur les agressions sexuelles de Concordia. sd Qu'est-ce que la violence sexuelle ? . Université Concordia.

https://www.concordia.ca/conduct/sexual-assault/understanding-sexual-violence.html

(8) Modifié à partir de https://www.womenshealth.gov/relationships-and-safety/other-types/sexual-coercion

(9) Centre de ressources sur les agressions sexuelles de Concordia. sd Qu'est-ce que la violence sexuelle ? . Université Concordia.

https://www.concordia.ca/conduct/sexual-assault/understanding-sexual-violence.html

(10) Centre de ressources sur les agressions sexuelles de Concordia. sd Qu'est-ce que la violence sexuelle ? . Université Concordia.

https://www.concordia.ca/conduct/sexual-assault/understanding-sexual-violence.html

(11) Centre de ressources sur les agressions sexuelles de Concordia. sd Qu'est-ce que la violence sexuelle ? . Université Concordia.

https://www.concordia.ca/conduct/sexual-assault/understanding-sexual-violence.html

(12) Halt de la faculté de droit de Harvard : équipe d'étudiants en droit du harcèlement et des agressions. (2021). Comment éviter de blâmer la victime. Arrêt de la faculté de droit de Harvard.

References
bottom of page