top of page
WEB_portraitx_logo.jpg

Atelier 3 : Mèmes et médias

Empathie : La capacité de comprendre et de partager les sentiments d'une autre personne en te mettant à sa place. Tu peux toujours montrer de l'empathie quand une personne te partage ses pensées ou ses émotions en l'écoutant attentivement, en hochant la tête, en établissant un contact visuel et en lui montrant que tu es là, même si son vécu est différent du tien.

Stéréotypes

 

Stéréotypes : Les stéréotypes sont des idées simplifiées à propos d'un groupe particulier de personnes. Ils peuvent être liés à la couleur de la peau, au genre, à l'ethnicité, à l'âge, à la religion ou à d'autres facteurs, et ils peuvent influencer nos attitudes et comportements envers les individus de ce groupe. Les stéréotypes sont faux, injustes, nuisibles, renforcent la discrimination et excluent les gens, sans exception.

Stéréotypes de genre : Les stéréotypes de genre sont des idées, des messages et des images simplifiés et généralisés sur les différences entre les genres. Par exemple, si une personne dit : « les filles sont meilleures en... » ou « les garçons aiment seulement... », elle parle de stéréotypes de genre.

Renforcer les stéréotypes : « Renforcer les stéréotypes » se produit lorsque des actions ou attitudes, intentionnelles ou non, soutiennent des croyances simplifiées et nuisibles sur un certain groupe de personnes ; cela peut contribuer à un biais et une discrimination continus.

Remettre en question les stéréotypes : « Remettre en question les stéréotypes » implique d'examiner de manière critique et de résister aux généralisations simplifiées et nuisibles sur les personnes ou les groupes, encourageant ainsi une appréciation plus riche des qualités uniques de chacun·e. 

Médias numériques : Les médias numériques sont des contenus numérisés qui peuvent être transmis sur Internet ou sur des réseaux informatiques. Cela peut inclure du texte, des photos, de l'audio, de la vidéo et des graphiques.

Violence

 

Normalisation de la violence sexuelle : C'est quand des idées, des comportements et des actions font croire que la violence sexuelle est banale ou pas si grave. Ça peut inclure le fait de la rendre commune, attendue ou excusée, et de blâmer les survivant·es. C'est un gros problème dans la culture et les médias car ça fait croire à beaucoup de gens que des choses qui sont en fait très dommageables sont normales et acceptables.

Cyber-harcèlement : Il s’agit d’une forme d’intimidation qui a lieu en ligne, en utilisant les technologies numériques (téléphone portable, ordinateur, tablette, console de jeu) et les outils de communication (plateformes de médias sociaux, SMS, salle de discussion, site Web). L’intimidation peut se manifester à travers des messages texte ou des e-mails méchants ou désobligeants, des rumeurs publiées sur les réseaux sociaux, des photos/vidéos embarrassantes ainsi que des faux profils. En règle générale, le cyber-harcèlement comprend des éléments genrés et sexuels et est souvent une forme de violence basée sur le genre.

Violence basée sur le genre : violence subie en raison du genre, du genre perçu, de l'expression de genre ou de l'identité de genre. Il s'agit d'une violation des droits humains. La violence basée sur le genre ne se limite pas à la violence physique et peut inclure des discours, attitudes, comportements et tentatives pour dégrader, contrôler, humilier, intimider, contraindre, priver, menacer ou blesser une autre personne. Elle peut prendre de nombreuses formes, notamment cyber, physique, sexuelle, sociétale, psychologique, émotionnelle et économique. À cela s’ajoute, la négligence, la discrimination et le harcèlement.

Cyberviolence : La cyberviolence est une forme de violence en ligne qui constitue ou entraîne un préjudice contre l'état physique, psychologique et/ou émotionnel d'un individu ou d'un groupe. Il s'agit d'une forme de violence facilitée par la technologie qui peut inclure : le cyber-harcèlement, les menaces, l’intimidation, le chantage, les sextos non désirés, les discours haineux, la divulgation de données personnelles, le piratage, le partage non consensuel d'images, les creepshots/voyeurisme numérique (prendre des photos ou des vidéos non consensuelles et les partager), l’enregistrement et la diffusion des agressions sexuelles, etc. 

Sexisme : Discrimination, envers une personne ou un groupe de personnes, en raison de leur sexe.

Slut shaming : Le slut shaming, c'est quand on critique, culpabilise ou harcèle une personne, souvent des filles et des femmes, pour remettre en question les stéréotypes ou les attentes liés à la sexualité et à l'apparence. C'est utiliser la sexualité pour faire honte à quelqu'un ou lui enlever son pouvoir. C'est une forme de violence sexuelle et de violence basée sur le genre.

En ligne & médias sociaux

 

Bulle de filtre / Chambre d'écho : situation dans laquelle tu ne rencontres en ligne que des informations et des opinions qui reflètent et renforcent les tiennes. Cela se produit parce que les sites web et les plateformes comme TikTok, Instagram, Netflix et Facebook utilisent des algorithmes pour personnaliser le contenu et les publicités que tu vois en fonction de tes activités en ligne précédentes, telles que tes posts, tes recherches et tes vues.

Empreinte numérique : Ton empreinte numérique, c'est la trace d'informations et de données que tu laisses derrière toi lorsque tu utilises les médias sociaux et d'autres plateformes en ligne. Même si tu supprimes un message ou un commentaire, il reste des traces de ton activité sur l’internet.

Pornographie : des représentations sexuelles conçues pour provoquer une excitation sexuelle en montrant ou en décrivant des actes sexuels.

L'algorithme des médias sociaux : L'algorithme des médias sociaux est un ensemble complexe de protocoles et de critères qu'une plateforme utilise pour déterminer comment présenter, classer et recommander le contenu aux utilisateur·ices. Il analyse tes comportements, comme tes habitudes d'utilisation des applications, ton engagement vis-à-vis du contenu et tes activités de publication, afin d'adapter le flux de contenu de manière à te fournir ce qu'il pense être le plus pertinent et attractif pour toi. Ce processus de personnalisation peut te faire te retrouver dans une bulle de filtre ou une chambre d'écho, où tu es principalement exposé·e à des opinions et à des publicités qui renforcent tes croyances et tes intérêts existants.

Sous-représentation dans les médias : Le manque d'inclusion et de représentation d'individus ou de groupes dans les médias, où certains groupes minoritaires sociaux, culturels, raciaux, de genre ou autres sont exclus ou mal représentés. 

Mème : Richard Dawkins a inventé le terme « meme » dans les années 1970, pour expliquer comment une idée devient virale. Aujourd'hui, le terme « meme » désigne des images et des vidéos légendées qui sont largement diffusées sur les médias sociaux.

Les témoins de connexion (cookies) : Les témoins de connexion ou cookies permettent aux sites web de stocker et de suivre des informations sur toi et ce que tu as recherché. Tu peux généralement choisir tes préférences lorsque tu acceptes les cookies, ce qui limite la quantité d'informations personnelles que tu partages.

Genre et sexualité

 

Genre : Le genre désigne la manière dont la société conçoit les apparences, les pensées et les comportements attendus de toi. Notre société a des croyances et des règles non-dites (qui peuvent évoluer) sur la façon dont tu devrais agir en fonction de ton genre. Par exemple, beaucoup de gens s'attendent à ce que les hommes soient plus agressifs que les femmes.

Identité de genre : L’identité de genre correspond à comment tu te sens, au fond de toi, à propos de ton genre. Ces sentiments peuvent apparaître très tôt dans la vie, mais ils peuvent aussi évoluer avec le temps. Il s'agit de ton sentiment personnel d'être un garçon, une fille, d'être non-binaire, d'être bispirituel·le, d'être agenre ou d’identifier avec une autre identité de genre. Il en existe plusieurs !

Expression de genre : Il s'agit de la manière dont tu exprimes ton genre aux autres, notamment par ton comportement, tes vêtements, ta coiffure ou le nom que tu choisis d'utiliser.

Orientation sexuelle : Ce terme est utilisé pour décrire les personnes qui t'attirent sexuellement et/ou romantiquement. Voici quelques exemples d'orientations sexuelles : lesbienne, gai, homosexuel·le, bisexuel·le, queer, en questionnement, asexuel·le et hétérosexuel·le.

Consentement : Donner son consentement signifie accepter de faire quelque chose. Dans les relations sexuelles et intimes, le consentement sexuel consiste à donner la permission de faire ou de recevoir toute forme d'activité sexuelle (depuis les attouchements et les baisers jusqu'à la pénétration). De nombreux aspects du consentement sexuel sont importants à comprendre. Le consentement :

  • est toujours requis, peu importe le ou la partenaire, le contexte ou l’acte sexuel

  • est donné librement (sans menaces, pression ou coercition)

  • est enthousiaste 

  • est informé (une personne doit savoir à quoi elle consent)

  • peut être retiré à tout moment

  • peut être donné pour certaines activités, et non pour d'autres

  • n'est jamais pris pour acquis

  • peut être communiqué verbalement et non verbalement.

Le consentement ne peut pas se produire lorsque :​

  • une personne est en situation d'incapacité

  • une personne a moins de 16 ans (moins de 18 ans dans certaines circonstances)

  • il y a un abus de pouvoir

  • des menaces, de la coercition, de la pression ou la force physique sont utilisées contre la personne.

Workshop 3

Références:

(1) Définition de Moss, S. (). Exploitation sexuelle et traite des enfants et des jeunes au Canada : Une trousse d'outils de prévention et d'intervention précoce pour les parents. Société des enfants de la rue.

http://www.kristenfrenchcacn.org/wp-content/uploads/2019/08/Parents-Toolkit-on-Sexual-Exploitation-and-Trafficking.pdf

(2) Définition modifiée de la violence de normalisation. Source : WCASA. Boîte à outils sur les normes sociales : La normalisation de la violence : Expliquer le lien entre la normalisation de la violence et les agressions sexuelles. (sd). Coalition du Wisconsin contre les agressions sexuelles (WCASA).

(3) Définition de Moss, S. (). Exploitation sexuelle et traite des enfants et des jeunes au Canada : Une trousse d'outils de prévention et d'intervention précoce pour les parents. Société des enfants de la rue.

http://www.kristenfrenchcacn.org/wp-content/uploads/2019/08/Parents-Toolkit-on-Sexual-Exploitation-and-Trafficking.pdf

(4) McGlynn et Rackley. (2016). Abus sexuels basés sur des images : plus qu'un simple « porno de vengeance ». Université de Birmingham. page 2.

(5) McGlynn et Rackley. (2016). Abus sexuels basés sur des images : plus qu'un simple « porno de vengeance ». Université de Birmingham. page 2.

(6) Centre de ressources sur les agressions sexuelles de Concordia. sd Qu'est-ce que la violence sexuelle ? . Université Concordia.

https://www.concordia.ca/conduct/sexual-assault/understanding-sexual-violence.html

(7) Centre de ressources sur les agressions sexuelles de Concordia. sd Qu'est-ce que la violence sexuelle ? . Université Concordia.

https://www.concordia.ca/conduct/sexual-assault/understanding-sexual-violence.html

(8) Modifié à partir de https://www.womenshealth.gov/relationships-and-safety/other-types/sexual-coercion

(9) Centre de ressources sur les agressions sexuelles de Concordia. sd Qu'est-ce que la violence sexuelle ? . Université Concordia.

https://www.concordia.ca/conduct/sexual-assault/understanding-sexual-violence.html

(10) Centre de ressources sur les agressions sexuelles de Concordia. sd Qu'est-ce que la violence sexuelle ? . Université Concordia.

https://www.concordia.ca/conduct/sexual-assault/understanding-sexual-violence.html

(11) Centre de ressources sur les agressions sexuelles de Concordia. sd Qu'est-ce que la violence sexuelle ? . Université Concordia.

https://www.concordia.ca/conduct/sexual-assault/understanding-sexual-violence.html

(12) Halt de la faculté de droit de Harvard : équipe d'étudiants en droit du harcèlement et des agressions. (2021). Comment éviter de blâmer la victime. Arrêt de la faculté de droit de Harvard.

References
bottom of page